[La tech vue par une non-geek] Réflexion sur les tendances: Innovation, Échec, et Empathie

J’ai récemment écrit quelques reflexions qui me sont venues suite à la lecture d’un article de Singularity Hub sur les «tendances non-évidentes» qui sont en train d’influer sur notre avenir à tous et qui émanent de neuf ans de recherche par l’auteur Rohit Bhargava.

L’échec comme moteur de l’innovation

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de l’«Innovation Envy» — un soif presque maladive d’innover, au point de donner l’étiquette d’innovation à tout ce qui bouge. Ayant fréquenté de près des comités de rédaction de grandes entreprises, je peux vous confirmer que le mot innovation est extrêmement versatile.

Bhargava commente que les entreprise ont tendance à évaluer leurs innovations par rapport à celles des autres, créant la résistance à l’innovation et rendant la notion même d’innovation caduque. La suggestion de Bhargava est « d’autoriser l’échec comme si personne ne regardait ». Du point de vue d’une entreprise comme du point de vue du développement personnel, je trouve l’idée séduisante.

Et elle me fait penser au leitmotiv typique de la Silicon Valley : «échouer rapidement et souvent pour être réellement innovant».

Cela dit, certains considèrent que la culture française n’est pas friande de l’échec. Pourtant, nous pouvons tous bénéficier d’un état d’esprit plus tourné vers la croissance (Growth mindset), comme défini par le Dr. Carol Dweck où «l’échec est une opportunité de croissance», en opposition à un état d'esprit immuable (Fixed Mindset) où «L'échec est la limite de mes capacités».

La nouvelle tendance de l’empathie

Bhargava met aussi en évidence le retour de l’empathie en réaction au rythme rapide de la vie. Selon lui, l'empathie retrouve de la valeur et devient même un moteur de l'innovation. Les entreprises cherchent des moyens de rassurer les gens, ce qui leur permet de se démarquer et de créer une nouvelle et efficace stratégie commerciale. Là aussi, on le voit dans les comités de rédaction.

Ça me rappelle une phrase de Joan Rosenberg, Ph.D., qui accompagne les individus vers leur plein potentiel en les aidant à créer et maîtriser les changements qu’ils souhaitent entreprendre et auteur du livre 90 Seconds to a Life You Love: How to Master Your Difficult Feelings to Cultivate Lasting Confidence, Resilience, and Authenticity. Elle dit, «La confrontation est l’une des formes les plus profondes d’empathie, si cela vient d’une intention positive et bienveillante».

Et pour revenir aux sujets technologiques, des exemples de réussite comme Arianna Huffington nous rappellent l’importance vitale de retrouver le lien social, surtout dans ce monde de plus en plus technologique.

 
vivre et travailler dans un monde qui change